jŏkwa l'épasi é lóndé bélálo(leçon 3)

le genre

1. Dialogue

- muléedi nú ē ? - est-ce le maître ?
- ee, muléedi nû - oui, c'est le maître
- muléedi nú ē ? - est-ce le maître ?
- kém, sĕto muléedi nû - non, ce n'est pas le maître
- njá só nú ē ? - qui est donc celui-ci ?
- muútú nû - c'est un élève
- njíka múna nú ē ? - "quelle sorte" d'enfant est-ce ?
- mún'á muléedi nû - c'est l'enfant du maître
- njíka muléedi nú ē ? - "quelle sorte" de maître est-ce ?
- muléed'ésukúdu nû - c'est un maître d'école

 

2. Grammaire

2.1. L'élision

L'élision est une coupure en fin de mot qui est remplacée par une apostrophe.
Avec les noms qui ont un complément (relié par "ńá" avec le nom, l'équivalent du "de" français), l'élision se réalise de la façon suivante :

- la voyelle finale du premier nom tombe
- la semi-voyelle y ou la consonne nasale ń tombent

Le ton peut alors changer

Exemples :
múnańa muléedi -> mún'á muléedi
muléedi ńá esukúdu -> muléed'ésukúdu

2.2. Le genre des noms

Il n'y a ni masculin, ni féminin mais chaque nom se range dans un groupe de noms appelé genre. On reconnaît le genre d'un nom par son préfixe.

Par exemple : muléedi a pour préfixe mu. mu est un préfixe du premier genre, ainsi muléedi est du premier genre. Dans le tableau de vocabulaire, on note le nom suivi de son genre : muléedi, 1 : le maître.
dibato a pour préfixe di : 3è genre.

Tous les noms du 1er genre ne commencent pas forcément par mu : 

3. Vocabulaire

sĕto négation employée avec un nom
só

donc (après un nom ou un verbe)

muléedi, 1 maître
múna, 1 enfant
dibato, 3 pagne
mukala, 1 homme blanc
mudun, 1 vieillard
muútú, 1 élève, serviteur
múto, 1 femme
moto, 1 homme
ee oui
kém non